1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Les choses étant ce qu'elles sont et dans le but de réorganiser les idées de chacun, la nuit artificielle tombe sur le Pango II, il est temps d'aller se reposer. Les journées vont être rudes et fatigantes à l'avenir. Miraz a mis à disposition des chambres communes ou individuelles selon vos désirs. Vous pouvez également dormir dans les vaisseaux mais les droïds de maintenance continuent à bosser et risquent de faire un peu de bruit.
Rultur reste sous bonne garde, comme Driin Shess. Les hommes de main de ces deux lascars sont sagement isolés du reste de la base, les uns dans un dock, les autres dans un quartier « surveillé », ordre de Miraz.
Pendant la nuit, j'imagine que chacun s'imagine les différents scénarios possibles après les dernières révélations...

Pango II, jour 1,

Le lever du jour (une augmentation de la luminosité par un jeu de lumières artificielles) réveille tout le monde. Hormis votre groupe, les gardes de Miraz, ses pilotes, ses mécaniciens et hommes d'équipage, on trouve sur la station une faune bigarrée, Pêle-mêle, des pilotes de transports légers et leur équipage en attente de réparations, des contrebandiers, marchands et autres aventuriers. On trouve aussi des sédentaires que Miraz héberge en échange de menus services : quelques personnes en difficulté financière ou pénale, des filles de joie, des ex-ceci ou des ex-cela... En tout, une centaine de paumés peuplent les quartiers mis à leur disposition. A la « cafétéria » de la base, un repas est servi pour une somme dérisoire. Les hauts parleurs crachent alors la voix de Miraz :
« Ici Miraz, je vous informe que des événements fâcheux m'ont été rapportés et que la sécurité de cette station est en jeu. Merci de vous rassembler dans une heure dans le hall d'accueil pour que je puisse vous mettre au courant ».
S'il vous venait à l'idée d'essayer de parler à Miraz avant qu'il ne s'exprime, il reste enfermé dans son bureau dont l'entrée est fermement gardée par 3 de ses hommes : « on ne passe pas. »
Au bout d'une heure, Miraz arrive, monté sur un droïd de levage de bonne taille. Il surplombe ainsi l'assemblée. Personne ne manque à l'appel (sauf Driin Shess, Rultur et leurs hommes).
« Chers amis, je suis au regret de devoir vous apprendre que l'Empire ou ses sbires projettent de prendre d'assaut cette base d'ici peu. Nous ne sommes plus en sécurité et il faut évacuer le Pango II rapidement. Pas de panique cependant, nous avons quelques jours pour nous organiser.
Ceux d'entre vous qui n'ont plus de raison de rester parmi nous, j'entends par là une raison technique, doivent partir et je leur demande d'embarquer avec eux un maximum des sédentaires de la base. Matt Thorsen se tiendra à votre disposition pour gérer la logistique de ces départs précipités. Pour les autres, nos équipes de techniciens, nos droïds et nos amis verpines s'emploieront à réparer vos vaisseaux au plus vite, afin que vous puissiez vous mettre en sécurité. En priorité seront traitées les pannes immobilisant les appareils et les réparations relatives à la sécurité. A mesure que les réparations seront terminées, il est évident qu'un départ rapide est demandé.
Durant les prochains jours, pour ceux qui restent à bord, je vous demande donc de vous préparer à évacuer et, si le cœur vous en dit, à aider mes hommes à rassembler un maximum de matériel qui sera transféré sur un vaisseau cargo qui ne tardera pas à arriver. Je suis prêt à oublier le coût des réparations de ceux qui nous viendront en aide sérieusement. Au travail tout le monde, merci de votre attention. »

Durant cette journée, vous constatez que déjà 3 vaisseaux de transport légers plient bagage (il reste donc le vaisseau de Rultur, la corne d'abondance de Dibo, le Bantha, le Courant céleste, L'éperon (transport léger du Pango II), 3 Z-95 et 3 vaisseaux de transporteurs indépendants qui terminent leurs réparations. Des adieux poignants ont lieu car certains sédentaires du Pango II profitent de ces départs pour quitter leur refuge et se reconstruire une vie.
Une sorte de panique contenue s'empare des occupants de la base. Le risque d'une attaque impériale semble bien réelle et pour la plupart des gens, ce n'est qu'une question de temps. Chacun s'active donc pour permettre au Pango II de réussir son évacuation.
On attend avec impatience le vaisseau cargo pour y charger un maximum de matériel avant l'évacuation finale.
Miraz est tendu. Il encourage ses "troupes" et vous ne le reconnaissez presque plus. Sa bonhommie a été remplacée par une rigueur presque militaire, son enthousiasme par une détermination de fer. Je ne sais pas si vous connaissiez le parcours personnel de Miraz (Debor Dunn aura pu vous en parler). Miraz fut, dans une vie antérieure, un chef pirate renommé dans le secteur. Il était à la tête d'une petite flotte qui rançonnait les convois militaires impériaux (principalement). Son activité était florissante et ses victoires nombreuses. Une vraie petite armée le suivait. Un jour, lors d'une énième attaque de convoi, ses vaisseaux subirent un revers sérieux, il perdit plusieurs vaisseaux et de nombreux hommes... Parmi les pertes se trouvait sa propre fille... Il parvint à fuir et à sauver son vaisseau mais ce fut sa dernière opération de piraterie. Il décida de raccrocher les gants et de passer à autre chose. Traumatisé par le décès de sa fille, il décida de créer le Pango II sur la ruines d'un destroyer stellaire de classe victoire à la dérive (toute sa fortune y passa), d'y implanter une colonie de verpines qu'il avait sauvée d'esclavagistes auparavant et de nouer des contacts avec la frange "indépendante" des transporteurs spatiaux du secteur. Au vu du rapport qualité/prix des services qu'il pouvait rendre, il se créa autour du Pango II un réseau de sympathisants et d'alliés en qui il avait toute confiance. Sa base est devenue au fil des ans une zone "neutre" où se côtoyaient tout un tas de gens d'horizons différents voire opposés. Des accords commerciaux, des alliances diverses s'y sont traitées et la station de Miraz, jusqu'aux derniers évènements, était "the place to be" pour tous les transporteurs et autres décideurs qui voulaient nouer des relations de confiance gagnant gagnant. Miraz, grâce à ses qualités humaines et son expérience, a donc acquis un statut d'homme respectable et respecté qui n'avait qu'à demander pour obtenir un service.
L'équipage du Pango II est actuellement composé d'ex-pirates qui ont accompagné Miraz dans son projet.
Sans remarque de votre part, vous passez la journée à soit aider Miraz et ses hommes à codifier, classer du matériel à charger ensuite dans des containers, soit à participer aux travaux techniques de réparation sur vos vaisseaux, soit à faire autre chose, sachant que Miraz compte sur vous pour organiser l'évacuation...
Viendra la nuit ensuite où les droïds continueront à bosser...

Pango II, jour 2:
Après une nuit réparatrice, la station s'éveille à nouveau. Les quelques hommes d'équipage du Pango II se sont relayés aux senseurs pour rechercher une éventuelle trace d'un assaillant potentiel mais pour l'instant, tout est calme. En revanche, ailleurs, ça se bouscule: on regroupe le matériel à évacuer dans un des grands hangars du Pango II. Le vaisseau cargo (lorsqu'il arrivera) s'arrimera face à ce hangar et les opérations de transbordement seront plus aisées et plus rapides si tout est stocké au bon endroit à l'avance. Les droïds de levage se croisent, tout le monde s'active. Vous voyez passer une multitude pièces de vaisseaux: des blindages, des propulseurs démontés, de l'armement, des générateurs, du câblage, du plastacier, des circuits électroniques etc.. etc... A vue de nez, on devrait être capable de fabriquer 1 ou 2 vaisseaux complets avec tout ça. Mais il en reste au moins 5 fois plus...
Miraz anticipe aussi les travaux à faire dans la base astéroïde: il met l'accent sur le chargement de dispositifs à écrans de force, des capteurs de mouvement, des micro répulseurs, de l'équipement spatial (scaphandres, câbles et grappins), du matériel de forage, des sas amovibles etc...
Vous pouvez voir avec lui durant la journée pour lui faire part de ce que vous connaissez de la station et des dégâts qu'elle a subis... Si le cœur vous en dit et si c'est encore dans vos projets, vous pouvez demander aussi à prévoir du matériel de réparation pour le yacht de Driin Shess... Tiens d'ailleurs, ce dernier s'impatiente un peu et demande à vous voir. Son garde du corps, enfermé lui aussi, s'énerve régulièrement dans sa cellule... Rultur aussi trouve le temps long, ses hommes également. Miraz vous confie qu'il envisage d'aller arrêter ces criminels pour les enfermer plutôt que de les laisser en "quarantaine" dans le hangar où ils ont atterri...
Dans la journée, le 2ème vaisseau de transport léger de Miraz est de retour. L'équipage est parvenu à entrer en contact avec le vaisseau cargo. Il devrait arriver après-demain. Le deuxième vaisseau cargo est trop loin pour être contacté à temps.
Dans la zone vie, quelques tensions ont lieu entre les sédentaires. ils se disputent les quelques places libres sur les 2 prochains vaisseaux de transport sur le départ... Après ça, il restera encore une soixantaine de personnes à évacuer... Vous avez une idée pour ce problème? Miraz les embarquerait bien mais ces gens deviendraient un poids pour son projet... Il cherche une solution et envisage de déposer, par rotations, ces gens sur une planète proche, quelle qu'elle soit mais il n'y a rien à moins de 1 journée 1/2 de voyage... Un aller-retour en 3 jours seulement avec une capacité d'emport de 15 personnes maxi. (sauf si on prend de force le vaisseau de Rultur... on pourrait y mettre 25 personnes de plus mais ça mobiliserait 2 équipages pendant 3 jours qui manqueront terriblement si une attaque survenait). Il s'interroge...
Fin de journée, les 2 transporteurs légers (dont la corne d'abondance qui mettra le cap sur DEFI IV pour déposer ses passagers) quittent le Pango II avec des "réfugiés" dans leur carlingue. Miraz  a demandé à l'un d'eux de se rencarder sur la position de la flotte commerciale de Debor Dunn. Il a dans l'idée d'aller récupérer ces vaisseaux avant son offensive...
Les travaux progressent...

A ce stade, il reste sur le Pango II 3 Z95, l'éperon1 et l'éperon2 (de retour), le Bantha, le courant céleste, le vaisseau de Rultur et un transport léger indépendant en triste état...

La nuit passe et le lendemain matin,  Miraz vous convoque ainsi que Debor Dunn, Thorsen et Hertex, le propriétaire du dernier vaisseau indépendant.

"Bien. Pour l'instant, tout va bien. Les préparatifs avancent bien et demain, le vaisseau cargo sera des nôtres. Une journée de chargement et nous pourrons partir. Les travaux en cours devraient tous être alors terminés.
Pour les habitants du Pango sans moyen de transport, que penseriez-vous de réquisitionner le vaisseau de Rultur? Nous pouvons le prendre par la force mais je crains que cela occasionne des pertes importantes. Nous aurions du dès le départ mettre aux fers ces hommes, j'ai été faible et je vous prie de me pardonner. Si les hommes de Rultur se retranchent à l'intérieur de leur vaisseau, nous n'avons aucune chance de récupérer le vaisseau sans dégât... Il faut trouver une ruse ou convaincre Rultur de nous donner son vaisseau ou de le menacer de mort devant ses hommes... Mais je n'aime pas ces méthodes. Autant négocier. Qu'en pensez-vous?"
Il fait alors sortir Hertex et continue:
"Je me disais également que certains de ces "réfugiés" désorientés seraient ravis, selon leurs compétences, de participer à notre projet. Une dizaine est, selon moi, capable de tenir un poste dans la future base ou dans la future flotte que je... que nous constituerons, pourquoi ne pas les embarquer avec nous, les remettre à niveau et leur proposer un but? Qu'en pensez-vous?"

Nos partenaires

Prochains événements

Aucun évènement dans le calendrier

Notez les dates des événements à venir d'Atalanta Fugiens (dates grisées).

 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31