1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

+ + De : Technoprêtresse Wharzata (12ème rotation) + +

+ + Pour : tout personnel autorisé à accéder aux consultations de l'archive suivante + +

+ + + DÉBUT DU RAPPORT + + +

La trace d'énergie laissée par le groupe expéditionnaire, qui se chargeait de la dernière poche de résistance hérétique occupant la planète Crépuscule, a subitement disparu. Notre Explorator, qui accompagnait le Libre-Marchand et le Techmarine, nous a prévenu qu'ils avaient traversés un champ de mines, dont Ladonius les en dépêtrèrent à travers l'intervention divine du Dieu-Machine, avant de trouver une trappe menant à une infrastructure souterraine, et c'est à partir du moment où ils y ont pénétrés que le signal, et les communications, furent coupés. Le groupe de Skitarii posté à l'extérieur devait empêcher toute approche hostile ou repousser des assauts extérieurs. Ils durent se protéger contre des renégats en attendant que le bâtiment soit exploré. Quelque chose d'anormal se dégageait de cet édifice. Comme si le Warp en avait imprégné l'intérieur. Je pense que la progression de ceux qui s'y sont introduit ne sera pas facile, ni de tout repos. Je souhaite que notre conseil restreint, et notre Libre-Marchand, soit protégés par l'Omnimessie contre le Chaos, et que la lumière revienne dans ce lieu corrompu.

Il est impossible pour les détectaugures du vaisseau de nous renseigner sur les activités des membres de notre équipage à la surface de ce monde. Rien n'est perceptible à travers les auspex conventionnels du navire. Nous n'avons que les retours des Skitarii près de l'entrée de la trappe, qui subissent des tirs et dont les effectifs baissent progressivement. Des choses attaquent nos cyber-soldats dans la brume recouvrant cette zone, et ils ont du mal à lutter contre eux. Si nos supérieurs tardent à terminer leur purge du bâtiment, je crains qu'ils ne soient accueillis par des opposants à l'extérieur. En tout cas, je suppose que la menace est grande si le Techmarine a décidé de se déplacer en personne. Il doit s'agir d'ennemis en surnombre, de technologie perdue, ou de Space Marines du Chaos, des raisons suffisantes qui motivent un Astartes loyaliste à venir purifier lui-même cette infrastructure de la vermine qui l'habite.

Quoi qu'il en soit, après une crainte durable, nous avons finalement repris contact avec l'expédition entière, car le premier groupe rejoignit le second en sortant de l'abri géant en métal. Les ennemis furent coriaces, selon les dires des témoins, mais aucune précision à leur sujet. L'important est que les pertes furent minimes, et que ceux qui ne devaient pas mourir soient vivants. Le reste du temps fut consacré à inspecter de nouveau la planète en totalité, afin de déceler des apostats qui auraient pu survivre à notre premier passage d'épuration planétaire. Une seconde purge fut organisée, histoire que le travail soit bien fait, et les infidèles moururent.

Laissant à l'Adeptus Administratum le soin de régler la question du sort de Crépuscule, nous mîmes le cap sur la destination qui était initialement prévue avant cette planète. Arrivant dans un coin reculé du Materium, nous invoquèrent le nom d'une légende spatiale, un Space Hulk appelé Star Breaker, qui apparaît lorsqu'on le nomme. Maudit depuis des éons, les rumeurs font mention d'un énorme monstre suivant cet amas de vaisseaux agglomérés ensemble si l'on demeure trop longtemps à proximité. Ce ne sont que des racontars absurdes rapportés par des marins superstitieux et craintifs, qui donnent de la substance à leurs peurs infondées. Toutefois, ce ne sera pas une mince affaire pour l'expédition qui ira dans les entrailles de ce mastodonte, car il peut y avoir n'importe quoi. Autant de risques que d'opportunités, et tant de dangers que de trésors, en plus des Xenos ou des Humains qui parcourent les boyaux de cette entité de fer.

Le Libre-Marchand décida de monter à bord du Star Breaker, escorté de l'Explorator, d'un Technoprêtre farfelu, et d'une vingtaine de Skitarii. Les heures ont passées et les obstacles se sont succédés. Entre les débris à déblayer, les poutres à esquiver, les tôles à contourner et les gouffres à franchir, le trajet ne se fit pas sans quelques difficultés plus ou moins surmontables. De plus, une inquiétude a grandie parmi les membres du Mechanicum, à cause de la sensation que ce Space Hulk diffusait chez le Némésis. Une perturbation qui tracassait le vaisseau et qui déconcertait mes congénères du Culte de Mars. J'étais aussi nerveux à l'idée que le navire perde ses moyens, mais sa vaillance ne disparut pas durant tout le long de l'opération. Il faut dire que le Techmarine s'est attelé à apaiser son Esprit de la Machine, en sillonnant les couloirs de notre prestigieux bâtiment volant, et en entrant en contact avec lui à divers points sensibles. Plusieurs fois, néanmoins, Ladonius fut admiratif des éléments constituant cette oeuvre de l'Omnimessie, et ce qui l'amène sur le Némésis est la suspicion d'éventuelles activités hérétiques à bord. C'est presque insultant, mais s'opposer à ce Techmarine le conforterait dans ses doutes et il purgerait notre équipage. Toutefois, nous comprenons son désir de sauver cette précieuse création navale. Nous, du saint Ordre de Mars, restonts loyaux. Pour les "organiques", c'est autre chose.

L'expédition est enfin arrivée au terminal censé contenir l'objet de leuf convoitise. Elle a perdu les deux tiers de son escorte, mais apparemment ce prix en valait la peine. Les communications sont à moitié compréhensibles, des parasites gênant les conversations à longue distance. Prions l'Omnimessie que leur tâche soit accomplie avec bravoure et efficacité. Et qu'ils rentrent saufs.

+ + + FIN DU RAPPORT + + +

Nos partenaires

Prochains événements

Aucun évènement dans le calendrier

Notez les dates des événements à venir d'Atalanta Fugiens (dates grisées).

 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31